Nord/Sud

Lily et Anna-Lou, âgées de 8 ans, rencontrent Serge, membre de la Caravane des Migrants Sans-Papiers

© Elodie Kempenear

Lily et Anna-Lou, élèves de l'Autre Ecole d'Auderghem, ont rencontré Serge Bagamboula dans le cadre du Village Associatif « Les migrants sont aussi des parents et des enfants ». Toutes les deux « journalistes d'un jour », elles souhaitaient en savoir plus sur le parcours de Serge et ses difficultés en Belgique.

  • Bonjour ! Je m’appelle Anna-Lou, et moi je m’appelle Lily, on va vous poser des questions sur la migration. Comment vous appelez-vous et d’où venez-vous ?

Je m’appelle Serge Bagamboula. Je viens du Congo-Brazzaville. Je suis Brazzavillois.

  • Quel est votre parcours migratoire ?

J’ai un parcours migratoire très sinueux. J’étais venu ici en 2009 pour étudier à l’Université Libre de Bruxelles. J’ai fait deux ans pour obtenir un master en sciences de la population et du développement. Toute ma famille est ici. Ma mère est ici, mes sœurs, mes neveux sont ici. Elles étaient venues les premières, je les ai suivies  parce qu’elles voulaient que je vienne les visiter. J’ai  pensé faire des études pour gagner quelque chose. J’avais l’intention de repartir mais malheureusement, je suis tombé malade et depuis lors je suis soigné ici parce que si je repars dans mon pays, ce sera difficile. Je suis diabétique, je me fais piquer 4 fois par jour. Dans mon pays, c’est difficile de suivre ce traitement.

  • Est-ce que votre parcours a été long ?

Pour l’instant je peux dire qu’il est long puisque je suis un sans-papiers et j’ai perdu le titre de séjour. J’avais un séjour étudiant, j’ai perdu mes papiers. J’ai un dossier à l’Office des Etrangers qu’on appelle 9ter[1] et je n’ai pas de réponse.  Donc j’attends mais il n’y a pas de suite, la vie devient difficile. Je ne sais pas faire des activités parce que je n’ai pas de titre de séjour.

  • Est-ce que ce parcours a été difficile ?

Oui, le parcours est difficile quand vous n’avez pas de papiers. Vous ne pouvez pas faire d’activités, vous ne pouvez pas travailler, vous ne pouvez pas vous soigner convenablement. On vous donne l’aide médicale urgente mais c’est un chemin de  croix, c’est difficile à vous expliquer mais pour  nous qui vivons ça, c’est très difficile. Je ne peux pas louer une maison. Je ne peux rien acheter  parce que je n’ai pas d’argent. Je suis obligé de travailler au noir et  je ne sais pas subvenir aux besoins de ma famille et de mes enfants, parce que j’ai aussi des enfants qui vont à l’école, qui sont à l’université et je ne sais pas répondre à leurs besoins. Mon statut ne me le permet pas. C’est très difficile. Ma vie est entre parenthèses. Il faudrait  que la parenthèse s’ouvre pour que j’aie des papiers et que je puisse travailler, que je puisse gagner ma vie convenablement.

  • Merci, au revoir !

 

Journalistes : Lily Schoeibi et Ana-Lou Fiorini

 

Appui volontaire chez Magma pour la publication de l’article : Elodie Kempenaer, Yvonne Clément, Arnaud Moureau, Bérénice Magloire.

Pour en savoir plus : La Caravane des Migrants Sans papiers

Projet: Les migrants sont aussi des parents et des enfants

Organisation: asbl Mediel et Les Jeunesses scientifiques

Partenaire journalisme  citoyen : Magma asbl

Coopération belge au développement logo


[1] Demande de régularisation médicale (demande d'autorisation de séjour de plus de trois mois pour motifs médicaux sur base de l'article 9ter de la loi du 15 décembre 1980)

 

  • Société

    BELGES, EXPATS OU MIGRANTS : UN JOB DE QUALITÉ POUR TOUS LES JEUNES !

  • Nord/Sud

    Inès et Delfin, deux élèves du Collège des Etoiles de Charleroi rencontrent Claire du Centre Avec

    Inès Bahassi et Delfin Yildrim (à gauche sur la photo) ont rencontré Claire Brouwez (à droite sur la photo), de l'association Centre Avec, dans le cadre du Village Associatif « Les migrants sont aussi des parents et des enfants ». « Journalistes d'un jour », les deux jeunes filles souhaitaient en savoir plus sur les liens entre le travail de Claire et le thème de la migration.

  • Nord/Sud

    Du Congo aux tatamis, l'épopée de Christophe Mputu

    Si selon certains, nous traversons une crise migratoire, n'oublions pas que les réfugiés ne sont pas juste des statistiques. Le parcours de Christophe Mputu nous a touchés. Parti du Congo à 16 ans, après de nombreuses difficultés, il a trouvé sa place en Belgique grâce à sa passion pour les arts martiaux. Maître en ju-jitsu, plusieurs fois champion de Belgique, il nous raconte une véritable success story.