Culture

La musique d'Azeez : une fusion des genres, un son unique

© Bya Dunia Mernier

Le jour, il travaille dans un hôpital en tant que secrétaire médical. Le soir : la musique remplit sa vie ! A 32 ans, Azeez Osséant Afana sort un EP aux influences afro-américaines et françaises. La musique est présente depuis son enfance. Grâce à son entourage, il a été baigné dans divers genres, dans un éclectisme musical formateur. Il me donne rendez-vous en face de la Bourse à Bruxelles, et nous nous installons dans un bar non loin pour parler de son parcours.

De l’intuition à l’aboutissement d’un EP

Plus jeune, Azeez ressentait la musique d'une manière très instinctive, viscérale, interprétant et créant de façon intuitive. Pendant une période de sa vie plus délicate où il se sentait mal, il a pu aller de l'avant grâce à la musique et à l'écriture. Et ces deux éléments ont commencé à avoir une grande place dans son quotidien.

D'une musique instinctive, il est alors passé à une musique plus mûre, plus travaillée et pensée. Il a pris des cours de chant et il s'est mis à divers instruments. Aujourd’hui, ses acquis lui permettent d'offrir des musiques toujours aussi spontanées mais mieux structurées.

Azeez  sort d’ailleurs un EP de 4 titres qui a été financé grâce à la Maison des Jeunes « La Clé », et particulièrement par leur label « MJ Key RecordZ », dispositif particulier d'aide permanente à l’expression et à la création des jeunes, agréé par la Communauté Française. Wazana Factory, une maison de production indépendante de musique, fait partie aussi des organismes qui ont aidé à la création et à l'aboutissement de son EP.

 

Sur scène : une invitation au partage

A force de travail et d'investissement, Azeez arrive à faire tourner sa musique dans divers lieux et festivals, comme par exemple la Fête de la musique ou encore les Nocturnes de l’ULB. Il y a un consensus entre artistes pour dire que la scène sublime les œuvres, que la scène est un lieu incroyable de partage de réactions et de sensations. Azeez m'explique que sur scène, en effet, il ne cherche pas à ce que le spectateur comprenne la logique interne de sa musique, de la chanson qu'il présente. Cette logique interne lui appartient et est nécessaire pour lui mais ce n'est pas ce qui compte en concert. Le concert est plutôt une invitation à l'écoute et à la découverte, un partage  entre êtres humains sans forcer la compréhension mais plutôt en favorisant une sorte d'énergie spirituelle.

 

Un mélange d’influences

Ses influences musicales sont diverses, il cite par exemple la soul music, le rock ou encore l'Afro «avec un grand A», comme il le précise, les chanteurs afro-américains tels que R. Kelly ou encore D'Angelo, ainsi que la chanson française, notamment Tété. Concernant ses textes, son cœur tend plus vers les grands paroliers qu'ont été Gainsbourg et Brassens, entre autres, ainsi que Tété. A ses débuts, Azeez n'avait pas conscience que ses textes pouvaient toucher voire aider les gens. Il a fallu des réactions directes pour qu'il prenne pleinement conscience que ses mots si intimes pouvaient une fois chantés et diffusés appartenir et parler à d'autres.

Un changement s'opère  depuis lors dans sa manière d'aborder l'écriture, car il sait désormais que ses idées seront entendues, relayées, et que son public se les appropriera. Il se sent d'une certaine manière plus responsable du message qu'il fera passer et de la manière dont il sera reçu. Un mélange d'influences qui dépasse les frontières et les styles et qui reflète une envie d'aller au-delà des apparences et des origines.

 

Photo : Bya Dunia Mernier

Sur le tournage du clip, une ambiance chaleureuse

A la fin de l'entrevue, Azeez m'invite à venir voir la fin du tournage de son clip. Rendez-vous est donc pris dimanche suivant, au Pianofabriek, à Bruxelles.

Je pense que c'est lors de cette après-midi que j'ai pu saisir au mieux le caractère rassembleur de la musique. Azeez avait oublié son invitation et semble surpris de me voir mais la surprise ne dure qu'un temps et très naturellement, il m'invite à les suivre. Instantanément, je me sens à l'aise. Je rencontre sa compagne et les deux personnes qui seront chargées de filmer, David et Jean-Louis. Une douce ambiance se met en place. Je sens une belle énergie venant d'Azeez, il met chacun à l'aise et malgré le stress léger et légitime, il semble confiant. Au sortir de la journée, j'échange quelques mots avec Azeez, pour recueillir ses impressions à chaud. Il est ravi !

Je ressors de ces moments d'échange avec Azeez et son équipe avec la conviction qu'au-delà du fait qu'elle est un langage universel, la musique est aussi et surtout un moyen de repousser les frontières, non seulement à travers le mariage de plusieurs styles mais aussi grâce au choix des personnes qui vont entourer l'artiste, le porter, le soutenir et le nourrir de leurs expériences et de leur culture.

 

Retrouve Azeez sur Face Book

Ecoute AZEEZ

Portrait réalisé par Elodie Kempenaer

  • 3 mai 2017

    « Diversité et recherche d'emploi : quel accompagnement pour les jeunes ? » Café Citoyen pour les 18 - 30 ans

  • Culture

    Rachel Onema : chanteuse, auteure et comédienne

    La Belgique compte plus de 183 nationalités, européennes ou non, et autant de cultures et sonorités différentes. Dans cette série de portraits consacrée aux jeunes musiciens, nous nous sommes demandé dans quelle mesure la musique pouvait être un facteur de lien entre personnes. Nous avons rencontré Rachel Onema, une artiste aux mille et une facettes.

  • Relations

    IDENTITES : LES JEUNES SORTENT DES CASES !

  • Société

    CRIS DU CŒUR POUR MOLENBEEK !